Des questions que devraient se poser les pouvoirs publics…

Et si la Realpolitik consistait désormais à inverser ses principes passés, court-termistes et sacrificiels lorsqu’elle immole l’intérêt général sur l’autel de lobbies affairistes, pour investir enfin sur le long terme et la cohérence systémique au service des populations ?

Placer la RSE au cœur d’une telle évolution orientée vers le DD :

  • évaluer les coûts de la non-Qualité Sociétale et Environnementale à l’échelle nationale,
  • et les mettre en perspective avec le coût d’une RSE assumée à l’échelle de l’État,
  • tiendrait alors avantageusement lieu de gouvernance publique.

Et réviser en conséquence les grands arbitrages macroéconomiques :

  • Agir avec détermination au niveau international, afin d’obtenir la révision de la dérégulation des marchés (Biens & Services, Finances, Emploi).
  • En premier lieu, revoir la définition du dumping et les procédures de recours anti-dumping (OMC & UE).
  • Conditionner les échanges à une régulation QSE et à la fiscalisation des profits réels, supposant un niveau de transparence économique optimal.
  • Définir des zones de libre-échange en fonction de l’homogénéité réglementaire et du niveau socioéconomique des territoires.
  • Appliquer aux territoires le principe ISO26000 d’adéquation entre production et consommation durables, et d’ancrage territorial de l’économie (passant par une intégration géographique de filières)…
  • … de manière à restaurer l’emploi et les recettes de l’État, rééquilibrer la balance commerciale et résorber la dette publique,
  • et pouvoir ainsi induire en tout lieu un développement socioéconomique durable.


Une dynamique nationale salutaire naîtrait de la synergie des parties prenantes RSE du DD :

Responsabilité des Entreprises envers les Consommateurs

  • Respect des consommateurs : Transparence économique - Traçabilité - Origine - Qualité des produits & services - Justification du Prix - Production Durable.

Responsabilité des Consommateurs envers les Entreprises

  • Consommation Durable : soutien des entreprises transparentes et responsables par les consommateurs.

Responsabilité des Consommateurs envers les Pouvoirs Publics

  • Civisme : acceptation d’une fiscalité de la consommation favorable à la QSE des produits & services et à la RSE des entreprises.

Responsabilité des Pouvoirs Publics envers les Consommateurs

  • Prise en compte de la QSE des produits & services dans le calcul du pouvoir d’achat - Amélioration de la réglementation visant la sécurité des consommateurs (anti-toxiques) et des populations (anti-pollutions). Réforme des dispositifs d’optimisation fiscale dont bénéficient les plus hauts revenus.

Responsabilité des Pouvoirs Publics envers les Entreprises

  • Régulation économique, monétaire et fiscale des échanges, en faveur de l’activité génératrice d’emploi local durable prioritairement, passant avant les activités exportatrices - Politique DD incitative de la RSE en faveur de la QSE. Réforme des dispositifs d’optimisation fiscale, dont bénéficient surtout les grandes entreprises multinationales.

Responsabilité des Entreprises envers les Pouvoirs Publics

  • Civisme fiscal (renoncement aux pratiques légales de prix de transfert et du bénéfice mondial consolidé – cette dernière sera bientôt illégale – et bien sûr se garder de toute fraude fiscale) - rééquilibrage des grilles salariales - rééquilibrage de la rémunération du travail (salaires) et du capital (dividendes).